3 octobre : la Patagonie côté terre

Nous quittons notre colonie d’éléphants de mer et nous allons traverser la Patagonie plein ouest, en remontant le Rio Chubut.

Nous marcherons sur les traces des Gallois qui ont colonisé cette vallée, de l’Océan atlantique aux Andes.

A Trelew, nous passons devant un sympathique snack se prénommant “Pipicucu”, une pensée émue pour les cousins Adrien, Marie, Jeanne-Emmanuelle… et tous les plus grands qui auraient aussi bien rigolé… En attendant le lac Titicaca !

Notre bivouac suivant nous amène à Digue Florentino Ameghino, au pied d’un grand barrage.

p1020995-1024x684
p1020997-1024x684
p1020993-1024x684
p1020979-1024x684
p1020977-1024x684

Nous trouvons un super coin de bivouac en avançant dans le canyon. La roche a été sculptée par l’eau, elle est rouge et nous nous croyons dans un petit “grand canyon” ! Et encore une fois seul au monde…

Enfin presque car nous voyons le lendemain arrivé un bus, plein d’Argentins visitant leur pays. En bons touristes, ils descendent du bus, prennent en photo le canyon et remontent dans le bus. Mais en bonus, ils ont la famille française un peu fofolle, avec un joli blondinet, un Defender équipé et un papa préparant l’Asado. Nous avons été mitraillé de photos comme une véritable attraction ! Bon ils étaient très sympathiques et on a rigolé mais nous n’avons quand même pas pris en photo des gens nous prenant en photo !!

p1020928-1024x684
p1020937-1024x684
p1020941-1024x684

Alors que mangeons-nous en Argentine ??

De la viande bien sur ! Il faut dire que le coût de la vie en Argentine est très élevé, et particulièrement en Patagonie. Un petit plein au supermarché nous coûte plus cher qu’en France. Le litre de lait coûte 1.50 euros, le pain de mie 5 euros, presque 1,80 euros les deux danette….. Par contre la viande est très bon marché, environ 8 euros le kilo. Donc nous en mangeons tous les jours !  Et des pates et des patates bien sur.

Les fruits et légumes sont chers et peu appétissants, à part les mandarines. Donc nous en mangeons peu. De plus, la vie au grand air et les matinées et les soirées fraîches nous font dévorer !! Ambroise mange facilement ses 200g de viande et en redemande ! “encore poulet, encore poulet” (toute viande est poulet pour notre dernier !)

Et pour faire cuire la viande, rien de mieux que le feu de bois. Nous nous sommes équipés d’une grille sur place.

Du coup les enfants ont essayé de faire leur feu tout seul… Très fiers de leur réussite ! Ferréol s’est brûlé dans l’aventure (sur la photo, un doigt trempe dans un verre d’eau…) C’est le métier qui rentre !

p1020948-1024x684

Mais nous sommes des petits joueurs par rapport aux Argentins pour qui l’asado et la parilla sont un véritable art de vivre !

Les enfants se créent un petit coin bivouac, préparent le repas et nous invitent à déjeuner !

p1020992-1024x684
p1020983-1024x684

Dans le canyon nous découvrons…… la grotte de Lourdes !

p1020960-1024x684
p1020968-1024x684
p1020964-1024x684
p1020975-copie-800x1024

Nous faisons une marche dans le canyon. le vent est froid et toujours présent.

p1020971-1024x684

Retour au bivouac.

p1020976-1024x684
p1030013-1024x684

Nous quittons notre campement et continuons le long du Rio.

Déjeuner de milanesas au bord de la route. Rapport qualité-prix imbattable !

p1030005-1024x684

Nous traversons des plaines puis retournons dans un canyon. Les noms font très westerns : Paso de Los Indios, Paso del Sapo, Los Altares… les espaces sont immenses.

p1030015-1024x684
p1030011-1024x684

Et les stations service sont rares !

Nous tombons en panne de carburant ! Heureusement, nous avons deux jerricans de 25L de diesel sur le toit. Benjamin refait le plein.

p1030018-1024x684
p1030020-1024x684
p1030025-1024x684

Arrivés à la station service suivante, il n’y a plus de carburant ! Enfin le camion citerne arrive et après 2 heures d’attente, nous voila repartis ! Nous trouvons les Argentins très calmes, ne s’énervant pas dans les files de caisse, d’essence. Personne ne râle… Un leçon de calme et de patience pour nous Français ??

p1030022-1024x684

Nous continuons à travers les paysages de western.

p1030033-1024x684
p1030034-1024x684
p1030035-1024x684
p1030038-1024x684

Le Def est à son aise sur ces pistes caillouteuses, nous sommes heureux de notre choix de véhicule rustique mais efficace !

p1030039-1024x684
p1030041-1024x684
p1030044-1024x684

Et nous retombons sur un autre magnifique bivouac, au bord du Rio Chubut.

Un bon feu s’impose ! A table, c’est prêt !

p1030043-1024x684

Ce lieu de bivouac a certains coins très boueux. Bien sur les trois grands s’amusent à patauger dans la gadoue, s’enduisent de boue…. bref, c’est très drôle mais comme la question lessive est déjà un point délicat, il est hors de question que je prenne en charge le nettoyage des chaussures, chaussettes, bermudas… Alors ils feront les lavandières dans le Rio Chubut !

p1030101-1024x684
p1030102-1024x684
p1030104-1024x684

Benjamin organise une activité plus intelligente avec les plaques de terre glaise… gravure au stylet !

p1030113-1024x684
p1030111-1024x684
p1030107-1024x684
p1030117-1024x684
p1030138-1024x684
p1030140-1024x684
p1030141-1024x684

Pendant ce temps, je travaille au site, après avoir fait… la lessive (sans boue celle-là!).

p1030127-1024x684

Et le petit Ambroise dort !

p1030130-1024x684

Et devinez ce que l’on mange ce soir ?

p1030089-1024x684

N’oublions pas l’école.

p1030057-1024x684
p1030048-1024x684
p1030085-copie-913x1024

Pendant ce temps, Benjamin part en explo avec Ambroise.

p1030062-1024x684
p1030065-1024x684
p1030095-copie
p1030069-copie-1024x343

Nos tentes se fondent dans le paysage.

p1030074-1024x684

Attention, jouons à “where is Waldo”… Où sont les tentes ?

p1030136-1024x684

Ce lieu est à la fois magnifique et sauvage, aride et dure.

Notre bivouac est à 200m de la piste et nous avons entendu 5 véhicules sur la piste pour toute la journée.

La veille de notre départ, nous entendons un camion qui s’est pris dans une ornière de boue de la piste et n’arrive pas à s’en sortir. Nous allons voir ce qui se passe. Benjamin finira par sortir le camion avec le Def. Le chauffeur, ravi, et probablement stupéfait d’être secouru par une famille française en plein cÅ“ur de la Patagonie, n’arrêtait pas de répéter “Que fuerza ! Que fuerza !”. Benjamin en était très fier. Malheureusement, nous n’avons pas de photo de ce moment épique !

Le vent se lève avec force et nous reprenons notre route.

Nous croisons sur les bords de route des tatous morts attachés au grillage… Sympa !

p1030159-1024x684

Nous observons de nombreux ibis “bandurria austral” (Mayeul est l’ornithologue de la famille et identifie tous les oiseaux).

p1030154-1024x684

Il y a un tel vent pour le déjeuner que nous restons dans la voiture. Benjamin sort préparer les sandwichs. Le vent soulève une terrible poussière et Benjamin s’équipe de lunettes de protection !

p1030161-1024x684

La Piedra parada : une grande pierre, paradis des grimpeurs. Nous voulions nous y arrêter mais le vent est tel que nous continuons.

p1030175-1024x684
p1030163-1024x684

Et soudain, d’étranges souffles dans le moteur… Une durite du turbo est en train de lâcher. Qu’à cela ne tienne avec un peu de scotch, et un sacré génie du bricolage, notre mécano familial répare et cela repart !

p1030176-1024x684

Nous passerons sous silence et sans photo notre passage à Esquel, au pied des Andes : arrivée dans le froid, la pluie, nous cherchons un logement abrité… tout est complet car nous sommes samedi d’un long week-end avec jour férié… se rabattre sur le camping entre la route et la station service avec des toilettes infectes et des jeunes qui font la fête, les motos et les autos qui pétaradent toute la nuit!! Allez, cela aussi fait partie du voyage. Heureusement, cela n’arrive pas souvent !

 

Nous reprenons des forces à l’adorable eco camping vinas del Nant y Fall. En plus d’être très gentiment reçus par Sergio, il y a également des douches chaudes et un abri dans lequel nous prendrons nos repas, et ferons l’école.

p1030185-1024x684
p1030203-1024x684

Nous rencontrons également Vincent, un français en woofing pour 2 semaines, qui emmène les enfants aller chercher les œufs, cueillir les tulipes et désherber la lavande !

Merci Vincent de ton accueil et de ta gentillesse ! Bonne route !

p1030188-1024x684
p1030187-1024x684
p1030211-1024x684
p1030192-1024x684
p1030193-1024x684
p1030215-1024x684

Ecole dans le refuge bien achalandé ! Nous découvrons avec Sergio que l’Argentine peut avoir de bons produits artisanaux (nous ne parlerons quand même pas de gastronomie !) et des vins patagoniens, enfin des vins bien structurés, équilibrés et avec une belle longueur en bouche. Les vins argentins bus jusqu’alors ne nous ont pas paru mauvais mais manquent totalement de caractère !

p1030216-1024x684

Nous repartons dans la pluie et le froid… Nous décidons de ne pas traîner dans les Andes car le temps de s’y prête pas. Nous traversons quand même le parc national Los Alterces. Ce doit être magnifique lorsque les sommets sont dégagés !

p1030219-1024x684

Toujours à la recherche de quelques degrés de plus nous décidons de remonter vers le nord et de se dégager un peu des Andes. Nous allons traverser un pan de Patagonie profonde !

p1030223-1024x684
p1030230-1024x684

Le paysage est très aride. Nous ne voyons plus de vaches, que de rares brebis et des chevaux. Nous nous demandons ce qu’ils peuvent bien manger entre les buissons d’épineux et l’herbe rase.

Nous installerons notre bivouac à la tombée de la nuit devant une plaine immense. Bien qu’au milieu de nulle part, nous avons une visite du propriétaire. Visite toujours bienveillante mais franchement étonnée de cet homme qui se demandait ce que l’on faisait là !

 

p1030242-copie-1024x367

Vous remarquerez que les conditions de vie rustiques ne m’empêchent pas d’avoir mon bouquet de tulipes à la table du dîner !

p1030245-1024x684
p1030253-copie-2-1024x245
p1030263-1024x684

 

Nous passons devant un vieux cimetière abandonnée, dans une vallée perdue. Certaines tombes encore debout sont datées des années 30. C’est touchant de penser à la vie de ces gens-là il y a 100 ans.

p1030258-1024x684

Nous traversons ensuite une région où une mine de diatomées envoie une poussière blanche sur des dizaines de kilomètres, effet renforcé par le vent. Il y a un bourg à côté, mais la vie doit être rude.

Le paysage est de plus en plus sec, de petits salars parsèment la route et lorsqu’ils ne sont pas  sec, ils sont remplis de magnifiques flamants roses.

p1030272-copie-1024x709

 

Le soir les enfants construisent un abri pour le feu… Le vent, toujours le vent !

p1030283-1024x684

Mais voila notre première crevaison, un gros morceau de bois bien pointu.

p1030297-1024x684
p1030303-1024x684
p1030309-1024x684

Arrivés à Neuquén, nous partons faire le plein de gaz dans une épicerie. Je pense qu’elle devait ressembler à ce qu’était une épicerie française des années soixante. Elle était tenue par un couple de (très) vieilles personnes, puisqu’en 2009, ils fêtaient les 52 ans de gestion du commerce !

Ils étaient adorables. Benjamin a eu un peu peur quand même lors de la recharge des bouteilles de gaz !!

p1030313-1024x684
p1030314-1024x684
p1030318-1024x684
p1030317-1024x684
p1030332-1024x684

 

En quittant Neuquen, nous traversons des champs pétrolifères.

p1030326-1024x684

Ferréol lit des histoires à Ambroise…

p1030338-1024x684

Il commence à faire chaud, début des grands champs de vigne, nous allons passer dans la province de Mendoza.

Adieu la Patagonie !